Articles

Qu’est-ce qui distingue le CBD du THC ?

 La plante de cannabis renferme plus d’une centaine de cannabinoïdes, dont les plus connus sont le CBD (cannabidiol) et le THC (tetrahydrocannabinol). Cachés dans les tricomes de la plante (ces petites excroissances à la surface), ce sont eux qui nous permettent de bénéficier des vertus thérapeutiques du cannabis.

Photo: Jose Luis Sanchez Pereyra – UNSPLASH

Nous possédons tous un système endocannabinoïde qui joue un rôle important dans l’équilibre de notre corps et de notre cerveau. Il permet de régulariser le fonctionnement de l’organisme. Ce système peut présenter des défaillances qui affectent alors l’appétit, la digestion, l’énergie, le sommeil, la douleur et plus encore. 

C’est lui qui réagit à l’absorption de cannabis, plus précisément aux cannabinoïdes.

Ses récepteurs, appelés récepteurs cannabinoïdes, entraînent une forme de réponse cellulaire. Les deux principaux sont les récepteurs CB1 et CB2. Les récepteurs CB1 sont situés principalement dans le système nerveux central du cerveau (hippocampe, cortex, cervelet, hypothalamus) et dans le système nerveux périphérique (poumons, système gastro-intestinal, utérus et testicules). Quant aux récepteurs CB2, on les trouve un peu partout dans le corps et le système immunitaire. Ces récepteurs réagissent aux endocannabinoïdes produits par le corps mais aussi aux phytocannabinoïdes produits par les plantes. L’utilisation du cannabis peut alors compenser certaines carences en endocannabinoïdes et régulariser le système en se fixant aux récepteurs de notre corps et de notre cerveau. Un peu comme deux aimants qui, une fois ensemble, ont un effet stabilisateur. 

Les récepteurs CB1 réduisent les signaux excessifs des neurotransmetteurs du cerveau et ont donc un effet sur l’hyperactivité et l’humeur. Ils peuvent aussi agir sur la nausée, la raideur musculaire, les spasmes et les convulsions, comme celles de l’épilepsie. 

Les récepteurs CB2 agissent quant à eux sur des maladies inflammatoires et neuro-inflammatoires telles que la sclérose en plaques. 

Certaines maladies sont causées par un déficit d’endocannabinoïdes. Parmi elles, l’anorexie, les migraines, la fibromyalgie et le syndrome du côlon irritable. D’autres sont causées par un surplus d’endocannabinoïdes : l’obésité et certaines maladies hépatiques et cardiovasculaires. Le CBD est bien connu pour ses vertus anti-inflammatoire et sa capacité à agir sur l’anxiété. Le THC, bien que responsable des effets psychoactifs du cannabis, offre aussi des vertus thérapeutiques. Il peut agir notamment sur la douleur, l’appétit, la relaxation, les spasmes et le sommeil.

Il est intéressant de savoir que le CBD possède une propriété antipsychotique qui peut contrebalancer les effets euphoriques du THC et atténuer certains de ses effets secondaires. D’où certains produits appelés « un pour un », soit moitié THC et moitié CBD, surtout utilisés le soir contre la douleur et pour favoriser le sommeil.

|

Related Posts